Anna Moros, étudiante à l’université de Lund en Suède, a tenté de répondre à cette question.

Mais pourquoi cette question ?

Le développement de l’économie du partage nous rapproche d’un monde durable. En effet, ce concept offre une alternative à la propriété privée des biens (comme les voitures) tout en garantissant leur utilisation. Le covoiturage contribue d’ailleurs à la réalisation de l’un des objectifs de développement durable des Nations Unies : le 11ème objectif, « villes et communautés durables », vise à créer des villes et des communautés ouvertes à tous, sûres, résilientes et durables. Et l’un des éléments de cette démarche est la réduction de la dépendance aux voitures privées.

Cependant, il existe différentes formes de covoiturage, formelles et informelles. Certaines organisations disposent de leur propre flotte, qui peut être entièrement électrique ou non, et d’autres se concentrent sur les voitures privées. L’impact écologique des différents systèmes de partage est donc différent.

L’impact de Cozywheels

Les voitures sur Cozywheels ont bien entendu un impact environnemental à travers leur fabrication, leur entretien, le carburant, etc.. Mais le fait qu’elles soient partagées compense largement cet impact par rapport aux voitures privées.

Selon une étude néerlandaise, l’autopartage produit moins d’émissions de gaz à effet de serre que la possession et l’utilisation d’une voiture privée : les covoitureurs parcourent jusqu’à 20 % de kilomètres en moins qu’avant qu’ils ne covoiturent et le taux de possession de voiture diminue de 30 % (Nijland & Meerkerk, 2017). Comme il faut moins de voitures, l’impact environnemental lié à la fabrication, au transport, à l’entretien et au stationnement des véhicules est également moindre. Par conséquent, les autopartageurs produisent moins de CO2 que les conducteurs individuels. 

Cependant, Anna souligne qu’il est possible d’améliorer le fonctionnement de Cozywheels car « notre flotte » n’est pas très verte. En effet, les véhicules sur Cozywheels ne sont souvent plus tout jeunes et consomment donc beaucoup de carburant. Les nouvelles voitures sont plus efficaces et plus écologiques à ce niveau. De plus, les véhicules sur Cozywheels ne sont pas utilisés en permanence. Ils pourraient donc être partagés avec encore plus de personnes, ce qui les rendrait encore plus durables.

Mais nous sommes convaincus que la durabilité des véhicules sur Cozywheels va s’améliorer dans les prochaines années.  Par exemple, nous espérons voir une augmentation des véhicules électriques sur notre plateforme car l’achat de ce type de véhicule est plus accessible grâce à un système de partage tel que le nôtre, dans lequel les coûts sont partagés entre les utilisateurs du véhicule.

Sources

Nijland, H., & Meerkerk, J. v. (2017). Mobility and environmental impacts of car sharing in the  Netherlands. Environmental Innovations and Societal Transitions. 

Moros, A. (2022). Environmental impacts of two carsharing business models: A comparative life-cycle assessment. Master’s Thesis.